No Limit Carp Passion

Passion et respect de la Nature!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elles est pas belle la vie ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Crapule
Team No Limit Carp Passion
Team No Limit Carp Passion
Crapule

Masculin Nombre de messages : 725
Age : 37
Localisation : Ariège 09
Loisirs : Le champagne
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Elles est pas belle la vie ?   Mer 16 Mar - 11:54

Voici le récit d'une première rencontre en solo avec «Montbel le grand». Enfin pas exactement puisque je m'étais rendu sur les lieux le 14 janvier 2009 quelques heures pour voir, sans pêcher et déjà l'immensité accrue par le manque d'eau m'avait impressionnée, et le vent également. Mais revenons à ce mercredi 09 mars 2011, c'est le milieu de l'après-midi et j'aperçois enfin de l'eau ! Après avoir chercher autour du lac force est de constater que la mise à l'eau du zod et du bordel va être difficile, en effet les berges sont larges, très larges, et l'eau est loin très loin, et il y a de la boue, beaucoup de boue...je me dirige alors vers Léran et son club nautique pensant trouver une mise à l'eau confortable pour la circonstance mais vite renvoyé plus loin car non membre du club, question d'assurance, etc, je comprends. Avant d'arriver j'avais une vague idée du secteur que je voulais exploiter, c'est pour cela que certaines zones auraient été plus arrangeantes que d'autres en terme de mise à l'eau pour économiser sur les batteries (le moteur thermique est je le rappelle interdit et de toute façon je n'en ai pas) mais je n'ai pas le choix je me rabats sur une mise à l'eau un peu avant la base nautique, il y reste des vestiges de bitumes et le reste se fait sur le sable et la boue mise à nue, heureusement ce n'est pas trop mou. Tout est enfin chargé, le véhicule calé, en route, ou plutôt à flots ! Il est 16h30 j'embarque avec Punky.
Atteindre mon poste sera bien plus long qu'à l'habitude (enfin ça j'imagine sans trop de mal) vu que la pointe que je dois contourner fait au moins 100M de plus que lorsque le lac est en eau normal !



30 minutes plus tard me voilà arrivé, quelque peu protégé de la petite brise et profitant de m'installer sur les quelques mètres carrés de soleil restant avant que celui-ci ne disparaisse derrière les arbres. Comme à l'accoutumée le campement est privilégié sur ce genre d'endroit, puis le temps de sonder rapido en bateau l'obscurité commence, je dépose une ligne puis une deuxième quasi dans le noir, et une troisième depuis la berge à l'arrache, la quatrième, bein elle attendra demain ! J'ai faim et sommeil.

Petite description du poste avant de continuer. Je me pose sur une toute petite langue de terre habituellement un joli petit haut fond entre deux petites anses sous près de 8M d'eau qu'il manque au lac. Donc sur ma droite une anse en pente franche jusqu'à 06M, pareils sur ma gauche mis à part qu'elle est en pente plus douce et bordée par son autre côté d'une pointe de rochers plongeant dans l'eau et offrant par la même occasion un hot spot de premier choix en pleine eau. Face à moi de petits îlots sortent de l'eau telles des îles vierges du Pacifique, en chemin c'est un fond en pente douce qui descend jusqu'à 16M pour remonter sur les îlots m'offrant alors des bordures pêchables de 1,5M à 5M d'eau. Cassures et marches font parti du décors sous marin évidement. Voilà grosso merdo le topo.



La nuit se passe tranquillement, il fait assez froid, j'aurai une petite touche retour sans suite...
Au réveil calme plat, le soleil fait doucement son apparition derrière une petite colline à laquelle je fais face, au loin j'aperçois les Pyrénées, le biwy est glacé, de petites gouttes ont gelé sur la toile.
Avant toute chose, à la pêche comme à la maison rien ne se passe avant d'avoir avaler un bon petit dèj' composé d'un demi litre de thé et de 6 tranches de brioche confiture fraise.



Puis vient le temps de revoir un peu la placement des lignes, l'une d'elle est perdue dans 16M d'eau, pffff, pas possible ça, elle se rapprochera sur une cassure face à moi dans 12 à 13M d'eau. Une canne sur la pointe rocheuse dans moins de 2M d'eau qui y reste. La troisième sur la anse de droite y reste aussi et la dernière ira rejoindre le haut fond formé par la continuité de l'îlot. A 11h un vent léger mais continu se lève pour la journée qui se passe dans un calme quasi religieux et ensoleillé si ce n'est un gros bourdon qui viendra rompre ce silence vers 14H. En effet le secteur est la scène d'entrainements militaires. Un gros hélico se pose, la porte s'ouvre puis il repart, au début j'ai cru qu'un des gars avait juste envi de pisser. Mais une heure après ils reviennent, se posent à nouveau, 9 bonshommes armés descendent, se regroupent, puis l'hélico se barre, fait un grand tour au dessus de moi et se repose pour récupérer les gars, ouf soulagé, j'ai cru que j'étais hors secteur et que la fédé avait envoyé les gros moyens pour me déloger. Et là à 17h30 le clou du spectacle, le retour de l'hélice géante avec sous son ventre un joli chapelé de 10 gars pendus à une très longue corde. Il s'approche du banc de sable et avant de déposer tout le monde délicatement il fait joyeusement trempé les deux derniers de la cordée qui levaient les jambes espérant y échapper mais ils avaient dû faire une connerie...il repart, revient, vol stationnaire avec dépose de corde, ils attrapent la corde et sont soulevés progressivement pour un long voyage jusqu'à la base j'imagine.
J'étais assez impressionné et amusé en même temps.



La nuit arrive, ça pêche, et je tombe doucement dans les bras de Morphée. Durant cette deuxième nuit j'aurai de nouveau une petite touche retour sur cette fois la canne de droite mais ça s'arrête là.



Vendredi réveil dans le brouillard qui se lèvera pour laisser place au même spectacle que la veille, une mer d'huile, des poissons qui fonds des ronds et le soleil qui monte. 11H sonne, même scénario que la veille, le vent se lève mais j'arrive tout de même à la rame à récupérer mes montages pour une tite vérification et un réamorcage. Le temps reste malgré tout agréable, le soleil est toujours avec moi. Mais cela ne va pas durer, des rafales sont annoncées de 50 à 70 km/h. En milieu d'après-midi elles arrivent et ce vent que je reçois de face me coince dans le biwy pendant plus de 24h, radio, lecture, sorties pipi pour prendre l'air et se dégourdir les jambes, dur quand même. Les cannes restent à l'eau, les scions n'en peuvent plus de danser sous les assauts du vent, le bateau reste bien accroché à la berge et tout en attendant une touche (je suis quand même là pour ça) mais au fond de moi j'espère ne pas en avoir une trop lointaine qui m'obligerait à prendre le bateau pour débloquer un poisson car ce serait bien trop dangereux et je serais bien trop frustré de laisser un pauvre poisson seul au bout du fil. Le vent se renforce et les berges sont tellement brassées que de petits tas de terre tombent à l'eau, des débris végétaux de toute taille s'échouent autour de moi et le bleu turquoise de l'eau est peu à peu souillé par les sédiments rendant les bordures marron clair. Quelques nuages font leur apparition.



La soirée arrive, je replace depuis le bord la canne de la pointe rocheuse pour lui faire pêcher la gauche dans l'eau turbide, l'îlot ne bouge pas car il me faut le bateau pour la sortir, la pointe repart à l'arrache avec quelques billes celle de droite reste où elle est. Il est temps de dormir, à ce moment questions, inquiétudes et doutent s'amplifient, est-ce le capot qui me guète ?

Au réveil samedi rien n'a changé, le vent souffle toujours en rafales soutenues et le soleil perce doucement au travers des nuages qui glissent au dessus de moi. L'eau est intégralement marron. Les embruns s'échouent sur mon visage mêles à de grosses goutes venues du ciel. La radio m'annonce la pluie...le moral sent la chaussette... un coup de fil, je partage ma solitude avec un ami qui m'annonce que la pluie va m'apporter du poisson, ça fait un peu de bien et j'y crois encore plus lorsqu'en pleine consultation internet il m'annonce alors que le vent va s'arrêter. Je prend un shoot de soulagement. A la tombée de la nuit le vent faibli, malgré tout la canne au large sur la pointe de l'îlot eschée d'une bille carnée avec une tiger restera pêcher, ça fera bien 48H. Celle de la pointe en 28mm déjà bien attaqué par près de 24h sous l'eau sera taillé en carré et accompagner d'un filet de pellets pour finir au milieu de la anse de droite à la place de la troisième canne qui elle sera échouée très près du bords à la tiger le long de la plage sur ma droite. Celle de gauche sera reeschée en pop-up. Je me dis que j'ai joué mes cartes, advienne que pourra. Il ne pleut pas franchement, c'est du goute à goute. Vers minuit plus de vent, juste l'humidité épaisse qui tombe sur la berge, ça me change des deux dernières nuits venteuses, au moins il faisait moins froid et c'était super sec alors que là je crois qu'une photo m'évitera plus de commentaires.



Je m'endors abruti par ce trop-plein de vent et je ne suis pas le seul, Punky est anéanti, mon chien est une loque. Demain je m'arrache tôt !

Et après toute attente c'est vers 04H du mat' que ma centrale s'emballe, pantalon, veste, boots, j'ouvre le biwy, pose un pied dehors puis un autre et là le premier pied reste collé, argh!!! (cf photo précédente prise à 05H, même la chienne se retrouve avec des chaussons de boue)
Ca déroule toujours ! J'attrape la canne eschée d'un cube et là gros blocage je laisse filer, reprends le dessus, ça ramolli, non ça revient, je mouline comme un fou, reprise de contact, je peux enfin jauger la bête, ce n'est pas une carpe, je penche pour un silure, je suis empli de bonheur de tenir un fish de «Montbel le grand» même si ce n'est pas ce que je suis expressément venu chercher. Je ne parviens toujours pas à le rapprocher du bord, j'entends un gros claquement en surface mais ne vois rien, à ce moment là j'imagine une queue de silure crever la surface. Après un combat dément j'en tremble, j'approche de l'épuisette une masse grise et longue. Ma frontale n'éclaire pas très bien et ce que j'aperçois me laisse perplexe, est-ce bien ce à quoi je pense? oh putain ! c'est un esturgeon balaise ! Je n'en peux plus je fais faire une crise de nerf, il ne veut pas entrer dans cette épuisette et l'adrénaline explose en moi, c'est trop après toute cette attente. J'ai presque envi de pleurer (de joie)
Et le voilà enfin, posé sur le tapis et manipulé avec le plus de précautions possible, c'est tellement improbable pour moi, je n'avais pas envisager ce scénario. La pesée m'annonce 15 kilos et le mètre qu'en a lui s'arrête sur 1M40 !! Je suis ébahi devant ce poisson si étrange. C'est la première fois que je prends un esturgeon, je n'en avais vu et touché qu'un tout petit il y a bien longtemps.
La séance photo est périlleuse sur cette bouillasse mais le plaisir est intense. Le dernier plaisir fût de le voir repartir tranquillement chez lui.





Je profite d'y être pour replacer cette ligne sans changer l'appât et je m'en vais rêver dans mon duvet. Réveil matinal, un épais brouillard est arrêté quelques mètres au dessus de moi, magique. Le vent n'est plus. Je fais le point sur cette folle nuit; un sentiment d'humble victoire résonne ne moi, j'ai sorti mon premier poisson pour ma première et non dernière aventure sur «Montbel le grand»et c'est un nouveau poisson dont j'ai fait la connaissance, que demander de mieux? elle est pas belle la vie ? Le soleil prend place, le petit dèj' est avalé, action ! Il faut ranger et partir vite avant 11H si possible, heure du vent. Le montage tiger est un sac de noeuds, la pop-up pêche à la branche et celle de l'îlot est intacte. Que c'est dur et long sur la boue mais peu m'importe le coeur est léger, le geste détendu. Au moment du départ vent de face pour le retour, merde il est 11H passé, 35 minutes plus tard je retouche terre, j'active le rangement, des randonneurs m'aideront à poser le bateau à plat au cul du camion, merci à eux, je contemple le lac une dernière fois et lui donne rendez-vous pour une prochaine aventure.



Merci d'avoir eu la patience de me lire, rdv au prochain épisode.

J'en profite pour une parenthèse sécurité concernant le campement. Premièrement j'ai fait le choix de rester loin des arbres pour éviter qu'une branche emportée par le vent ne me trou la peau. Deuxièmement j'étais bien content d'être dans un bon vrai biwy de qualité car malgré la toile qui frotte et qui produit des craquements pouvant paraitre inquiétants c'est en toute confiance que j'ai vécu et dormi dans cet espace réduit jusqu'à samedi soir sans qu'il ne pli au dessus de ma tête. Lorsque j'en vois certain aborder ce genre d'endroit avec des tentes de merde ou avec du super matos mais mal monté et mal ancré au sol je m'inquiètes.... alors soyez prudent, la pêche est un plaisir qui ne doit pas vous amener à prendre des risques inconsidérés et mettre votre vie en péril.
Le gilet était sur mon dos pour toute navigation.















Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.simpeche.skyrock.com
olivier
Carpeau
Carpeau
olivier

Masculin Nombre de messages : 114
Age : 48
Localisation : Aimargues
Loisirs : je crois que s'est la péche , mai je ne suis pas trop sur
Date d'inscription : 01/02/2011

MessageSujet: Re: Elles est pas belle la vie ?   Mer 16 Mar - 15:14

salut

voila qu'il ce sert d'un super frelon pour amorcer notre Crapul !!!!
de superbe photo un aussi beau reportage et que dire de mien pour cette esturgeon .
bravo et merci pour le partage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yeye30.skyrock.com/
Nokillus 30
Admin NLCP
Admin NLCP
Nokillus 30

Masculin Nombre de messages : 417
Age : 29
Localisation : 30 et 34
Loisirs : peche
Date d'inscription : 17/03/2008

MessageSujet: Re: Elles est pas belle la vie ?   Mer 16 Mar - 20:22

Merci Crapule pour ce récit , franchement sa doit etre le kiff un esturgeon au bout de la lignes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nokillus.skyrock.com
xav30
Admin NLCP
Admin NLCP
xav30

Masculin Nombre de messages : 222
Age : 42
Localisation : sur une berge....
Date d'inscription : 12/03/2009

MessageSujet: Re: Elles est pas belle la vie ?   Mer 16 Mar - 23:05

Bah là, je dis bravo pour le recit, bravo pour l esturgeon, et aussi bravo et merci pour cette petite anecdote securité surlaquelle tu as tout à fait raison et qu on ne dira jamais assez.

Merci à toi.... cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jojo du gard
Gardon
Gardon
jojo du gard

Masculin Nombre de messages : 47
Age : 36
Localisation : Alès
Loisirs : peche, tennis de table
Date d'inscription : 11/03/2011

MessageSujet: Re: Elles est pas belle la vie ?   Jeu 17 Mar - 0:00

Super récit, chapeau bas MONSIEUR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CANTO
Gardon
Gardon
CANTO

Masculin Nombre de messages : 46
Age : 58
Localisation : Hauts Cantons de l'Hérault
Loisirs : pêche, nature
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Elles est pas belle la vie ?   Jeu 17 Mar - 0:54

Bravo crapule, très belles tofs et récit haletant !!! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
francois64
Team No Limit Carp Passion
Team No Limit Carp Passion
avatar

Nombre de messages : 665
Age : 53
Date d'inscription : 03/10/2007

MessageSujet: Re: Elles est pas belle la vie ?   Jeu 17 Mar - 21:03

super recit et belles photos

merci a toi et cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elles est pas belle la vie ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elles est pas belle la vie ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Selle western pour Belle...-> une Barefoot Arizona :)
» La belle saison...
» SAMHRADH devient une belle jeune fille ....
» votre + belle photo
» Vos plus belle photos de carpes ... Raté Mdrr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Limit Carp Passion :: recit de vos peches :: récits de pêche-
Sauter vers: